FR

SOCIETE La privatisation d’entreprises publiques d’intérêt général en Allemagne – une erreur !

À la recherche de nouvelles ressources financières et sous prétexte que l’État est incapable de bien gérer ses propres entreprises, l’Allemagne est décidée à privatiser, encouragée par le précédent, de la Lufthansa. Aujourd’hui, c’est la désillusion.

Après la vente de nombreuses entreprises municipales d’électricité et de gaz, 80 % de la production d’électricité est aux mains de quatre grands acteurs privés – un « oligopole homogène ». Agissant contre le changement vers les énergies renouvelables, il semble peu disposé á s’engager pour cette transformation.

La détérioration des services de la Poste après leur privatisation est sensible. Les décisions de la Deutsche Bahn dûes à son introduction en Bourse il y a 6 ans ont causé des dégâts graves qui ne sont pas encore réparés. Après la hausse continue du prix de l’eau, une initiative populaire a pu forcer le Sénat de Berlin à racheter les parts vendues de sa propre compagnie des eaux.
Non seulement l’État fédéral et des Länder, mais aussi quelques grandes villes ont vendu leurs entreprises de logement. Au regard de l’exploitation brutale par les investisseurs surtout américains et les profits exorbitants, les communes regrettent leurs décisions antérieures et la perte de la faculté d’intervenir contre la pénurie avec du patrimoine local public.

On se souvient enfin que l’essor vital de l’économie allemande d’après guerre – on a pu parler de miracle allemand – était dû en bonne partie à la gestion publique des services d’intérêt général.

Hans Jörg Duvigneau
Dipl.-Ing.(TU) Architekt / Stadtplaner
BDA, DASL
Berlin

Avec les remerciements de la rédaction !


  • Lhedco

    Par Lhedco le 18 août 2015

0 commentaires AJOUTER UN COMMENTAIRE

Ajouter un commentaire